Entrelacs femme et histoire dans La Femme sans sépulture d’Assia Djebar et La Zerda et les chants de l’oubli

Hibo Moumin Assoweh

Résumé


C’est à travers une approche analytique et comparative d’éléments représentatifs de l’œuvre littéraire et cinématographique d’Assia Djebar, que cette étude explore les enjeux et les effets des corrélations entre la femme et l’histoire. Elle interroge plus particulièrement le rôle et la place que La femme sans sépulture, La Nouba des femmes du Mont Chenoua et La Zerda et les chants de l’oubli assignent aux femmes. Enfin, cette communication sera l’occasion d’évoquer en filigrane l’ampleur de l’histoire comme thème d’écriture dans la production littéraire d’expression française de Djibouti. 


Texte intégral :

PDF

Références


- Selon la définition de Jacques Chevrier dans La Littérature nègre de l’Edition Armand Colin de 2003, p. 152-155.

- La Femme sans sépulture, Editions Albin Michel S.A., 2002, p. 9.

- Idem, p. 47.

- Idem, p. 89-90

- La Femme sans sépulture, p. 16.

- Idem, p.22.

- Idem, p.25

- Idem, p. 29

- Idem, p.19

- La Femme sans sépulture, p. 22.

- Idem, p. 190-191.

- L’influence du cinéma sur l’écriture romanesque d’Assia Djebar, Jeanne-Marie Clerc, p.23.

- La Femme sans sépulture, p.15.

- La Femme sans sépulture, p. 21- 22.

- La Femme sans sépulture, p. 142.


Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.