La MEI (Music Encoding Initiative) : un standard au service de la musique kabyle

Sylvaine Martin DE GUISE

Résumé


La MEI – Music Encoding Initiative – a été développée selon le même principe que la TEI – Text Encoding Initiative – c’est-à-dire en poursuivant la volonté d’offrir un standard qui permette de rendre et d’émettre des textes, ici musicaux, qui soient lisibles sur toutes les machines (ordinateurs) et qui puissent comporter une variété d’information particulièrement exhaustive.

Par exemple, la MEI autorise désormais, non seulement de réaliser en langage à balises le texte des partitions musicales, mais aussi de commenter ces partitions, de fond en comble, d'en présenter des analyses fines et variées qui soient incluses dans le document MEI lui-même et de proposer en même temps les clés de ces analyses.

Si la MEI s'est d'abord appuyée sur les caractéristiques de la musique occidentale, typiquement «écrites», pour distinguer des catégories musicales, elle a développé par la suite autant de moyens pour étudier les musiques «orales» et aborder leurs caractéristiques fondamentales, par exemple les micro-intervalles.

C'est à ce titre que la MEI montre une capacité et une souplesse remarquable à s'adapter aux musiques de toute origine et de tout mode d'expression, dans le cas présent les musiques amazighes et arabes d'Algérie. Ce standard devient, par conséquent, un outil incontournable au XXIe siècle pour faciliter la compréhension et la comparaison des musiques du monde.


Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


2170-113X

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.