Diversité anthropologique et aménagement linguistique en milieu berbère au Maroc : Du chercheur-aménageur à l’enseignant-aménageur

Mohyedine Benlakhdar

Résumé


Au Maroc on reconnaît principalement trois grands parlers amazighs, à savoir tarifit, tamazight et tachelhiyt. Pourtant il y a d’autres parlers qui sont assimilés comme le figuigui. Les appellations adoptées recoupent-elles des frontières géographiques, une réalité linguistique ou anthropologique? Ou les deux?

Dans cette communication nous nous proposons de reposer la question de la difficulté que pose l’aménagement linguistique de l’amazigh au Maroc en rapport avec la langue à aménager, l’espace et la politique adoptée par la partie aménageuse.

Il y a ainsi deux réalités, l’une anthropologique ; l’autre linguistique. Parallèlement il y a un découpage institutionnel en « provinces » et plus récemment en « régions ».

Tout aménagement vise en fin de compte à fixer des lexiques en les affinant ; mais aussi à créer des termes. Seulement tout effort d’aménagement ne peut se faire indépendamment de la problématique de « standardisation-normalisation » et de l’opération de l’enseignement. Dans le cas de l’amazighe cette interpénétration est lancinante puisque ces chantiers sont menés de pair.


Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


2170-113X

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.